L'alimentation naturelle...
...bien évidemment nous sommes totalement favorable à ce type d'alimentation pour nos chichis ...
et nous ne pouvons que vous encourager dans cette pratique alimentaire.

 

 
  • Viande crue, danger ?
  • La dentition

 Acidité gastrique
digestion des os
durée du transit intestinal et Salmonelles.

Cet article, traduit par Carole Marret,  trouve son origine ICI.

 
Il y a eu beaucoup de débats sur les dangers «potentiels» des os dans l'alimentation des chiens, et aussi des risques potentiels d'intoxication alimentaire et d'infection à la salmonelle que l'alimentation de viande crue pour les chiens et les chats peuvent transporter.

Donc, il peut être intéressant de noter qu'une grande partie de ces informations, ou mal-information, renvoie à la nature même de l'environnement gastrique du chien et du chat, qui à son tour, est directement lié à l'alimentation.


L'acidité gastrique (PH gastrique) de l'estomac d'un chien ou d'un chat ayant un régime alimentaire principalement constitué de viande crue est très faible (très acide), avec un pH de 2 ou moins (en rapport avec le niveau de protéines de la viande).
Cet environnement très acide favorise la dégradation des viandes crues et des os crus, en substance molle et facile à digérer. Le faible PH est également très efficace pour tuer les bactéries, en particulier des bactéries potentiellement pathogènes comme :

  • Salmonella spp,
  • clostridium
  • campylobacter
  • E Coli.

Donc, le régime naturel « sauvage »des chiens et des chats a fait évolué un environnement gastrique qui favorise la dégradation des viandes et des os crus, et un PH qui tue les bactéries potentiellement nuisibles - compatibles avec les exigences des carnivores, et en particulier, la nature « ramasse - poubelles » des chiens.
A ce régime très carnivore (régime de viande crue) est associé un processus digestif très efficace, qui se produit dans un tractus gastro-intestinal relativement court.
Les chiens et les chats ont un tractus GI significativement plus court par rapport à d'autres animaux non carnivores (herbivores), alors que l'homme a une longueur intermédiaire.
La longueur relative de l'intestin reflète la nature de cette alimentation, et avec quelle efficacité ou lenteur la nourriture est décomposée et absorbée. La viande crue fraîche est facilement digérée et absorbée par rapport à la matière végétale, et en tant que tels, les carnivores ont un intestin court, et le temps de transit intestinal rapide - la viande fraîche peut être digérée et transformée dans le corps des carnivores en pas plus de 8 à 12 heures, alors que les végétaux et les légumes dans l'intestin d'un herbivore peuvent prendre 3-5 jours pour être digérés,
Ce que nous voyons avec l'avènement des aliments transformés pour animaux, c'est un changement significatif dans la nature générale des ingrédients dans le régime alimentaire.
Il est un fait commercial simple que la protéine de viande est le composant le plus cher de tous les aliments pour animaux de compagnie, et en conséquence, il y a toujours la pression commerciale pour maintenir les niveaux de protéines de viande à un minimum, ce qui maintient les coûts du produit final (et / ou la maximisation des profits).
Les aliments transformés modernes pour animaux sont adaptés à ces contraintes financières premièrement en augmentant sensiblement le composant glucidique des aliments pour chiens et chats - maïs, blé, riz, pomme de terre et d'autres formes de glucides sont souvent le première et le plus important ingrédient dans de nombreux aliments pour animaux de compagnie.
Deuxièmement, les aliments pour animaux transformés ont également commencé à remplacer les protéines de la viande (animale) avec des protéines à base de plantes qui sont beaucoup moins chères – des ingrédients comme le Soja et les lupins sont des sources de protéines bon marché qui permettront d'accroître l'ensemble du pourcentage de protéines sur l'étiquette, mais sans l'associer à l'augmentation du coût. Le problème avec ce type de substitutifs est que cela a un impact direct sur l'environnement digestif du chien ou du chat.


Chez les chiens et les chats qui mangent ces régimes à haute teneur en glucides, riche en protéines végétales et en protéines inférieures de viande, nous constatons que le niveau de l'estomac de l'acidité commence à diminuer (l'acidité gastrique est en lien avec les protéines de viande), et l'estomac devient progressivement plus alcalin (PH 4 et plus). Dans cet environnement moins acide, plusieurs questions essentielles se posent :

  1. Avec le PH modifié, la digestion gastrique et la vidange ralentit 2. Avec le PH modifié, les bactéries alimentaires et les contaminants ne sont pas détruits aussi efficacement 3. Avec le PH modifié, les os crus et matériel osseux ne sont pas ramollis et décomposés efficacement (les enzymes digestives perdent leurs fonctions) et cela peut entraîner une obstruction.
    Ces problèmes deviennent cliniquement apparents quand on offre à un un chien qui est soumis à un régime hautement transformés, un os cru, ou un repas de viande crue. Parce que l'acidité de l'estomac est directement dictée par la teneur en protéines de la viande, ces chiens ont un estomac moins acide, qui ne parvient pas à ramollir ni à dégrader le matériau osseux brut, pas plus que le PH de l'estomac n'est en mesure de faire face à une charge de bactéries. Le résultat peut être un «rejet» soudaine de l'os ou de la viande, sous la forme de vomissements, ou il peut prendre la forme d'un épisode de gastro-entérite aiguë, d'une prolifération de bactéries, ou il peut entraîner une obstruction des os dans l'estomac. Avec l'effet de retard de vidange gastrique, toutes les bactéries qui survivent sont aussi capables de se développer en nombre beaucoup plus important, et cet effet se poursuit dans le gros intestin avec une fermentation supplémentaire de la fibre végétale, et un retard dans le temps global de transit intestinal ( jusqu'à 24 h 12 h cf) - ce qui peut également entraîner une constipation par une réabsorption d'eau excessive ou des selles molles provenant de la sur production d'acides gras à chaîne courte dans le côlon.
    Le problème avec un régime alimentaire à base de viande, est qu'il faut 7 à 10 jours pour que le niveau d'acidité gastrique descende au niveau du PH naturel 2 (de préférence), il est donc impossible pour le corps de s'adapter rapidement à ces changements de régime. Ce que nous apprenons de ceci sont quelques conseils alimentaires fondamentaux :

  2. Si vous avez l'intention de donner de la viande fraîche ou une alimentation crue, vous devez faire ce changement progressivement 7 à 10 jours – J'entends une récrimination commune venant de gens dont les chiens sont principalement nourris à la nourriture sèche et qui donnent occasionnellement des os ou de la viande fraîche, c'est qu ' «il ne peut pas supporter la viande ou des os frais, car elle vomit" - comme nous le voyons ci-dessus, ces chiens peuvent le supporter si elle est introduite progressivement, et on laisse l'acidité gastrique se normaliser.

  3. Si vous avez l'intention de nourrir avec de la viande fraîche ou de la nourriture crue (que je conseille fortement en tant que partie importante de la santé quotidienne des animaux), alors vous devez inclure un peu de viande fraîche chaque jour dans le cadre de votre régime alimentaire général pour vérifier que le pH gastrique reste faible (acide )
    - 3. Nourrir avec une alimentation crue protégera votre chien ou votre chat des contaminations bactériennes et d'intoxication alimentaire, et réduira considérablement le risque d'obstruction lors d'ingestion d'os crus. Il est un fait que les chiens qui mangent les aliments transformés sont encore plus susceptibles de partager la bactérie de la salmonelle dans leurs selles par rapport aux chiens qui mangent des aliments crus !!
    En résumé, la plupart des troubles alimentaires que nous voyons qui impliquent la viande crue et les os sont en fait directement liés au régime quotidien des chien ou chats, et non pas en rapport avec la viande ou les os.
    Étant donné que les chats et les chiens ont mangé de la viande crue et des os pendant plus de 40 millions d'années, il est logique que ce soit ce avec ça qu'ils continuent.

 Plusieurs points doivent être abordés pour comprendre au mieux le régime alimentaire des chiens, celui qui serait le plus « adapté » à leur anatomie et leur physiologie.

Tout d’abord, la dentition des chiens.


LA DENTITION DES CHIENS MODERNES:

  • Rappelons que le chien fait partie de l’ordre des Carnivores, et qu’il possède une dentition de carnassier, avec notamment une paire de dents tranchantes spécialisées, appelées « carnassière ».
  • La dentition des chiens ne laisse planer aucun doute quant la nature préférentiel des aliments ingérés, intimement liée au comportement d’acquisition de cette nourriture. Ainsi, cette dentition est faite pour tuer, déchiqueter et retirer le moindre bout de viande encore rattaché à l’os.
  • Les chiens (et les chats) ne possèdent pas de larges molaires utiles pour le broyage et le masticage d’éléments végétaux, contrairement aux herbivores ou bien aux omnivores classiques. Plus précisément, la dentition du chien est composée de deux molaires uniquement (notées M1 et M2 sur l’illustration suivante). Cette particularité est étroitement partagée avec la dentition du loup.

Je vous invite à comparer visuellement les dentitions classiques des chiens (schéma) avec celle des loups (la photographie) et de noter la très forte ressemblance, en termes de dents tranchantes, de canines et d’incisives mais aussi des molaires.

 dents de chien

La dentition des chiens modernes.

 

machoire loup

Photographie d’une dentition d’un loup.

Sur le point des molaires, qui pourraient être le signe d’une adaptation pour des régimes plus omnivores, à base de légumes ou céréales par exemple, il n’est pas stupide de rappeler que les molaires des chiens forment des sortes de ciseaux qui peuvent broyer efficacement les os et la chair.


MUSCULATURE, PHYSIOLOGIE ET ANATOMIE DES CHIENS

  • Au niveau de la musculature et de l’anatomie externe, les chiens apparaissent également comme des chasseurs, dotés d’une musculature adaptée pour chasser, capturer et tuer des proies vivantes. La mâchoire des chiens ne permet que des mouvements de bas en haut, contrairement aux omnivores et aux herbivores qui peuvent également faire des mouvements de gauche à droite. Cette particularité anatomique est liée aux types de proies et au régime alimentaire à base de viande, d’os et d’abats.
  • Sur le plan de l’anatomie interne, les chiens disposent d’un tube digestif court comparé à la taille de l’individu, une spécificité particulière au régime hautement carné afin d’évacuer plus rapidement les produits de la chasse.
    Un chien en bonne santé digère parfaitement une proie entière et crue, du fait de la forte acidité de son estomac et du passage relativement court des potentiels bactéries et parasites dans le tractus gastro-intestinal.

Les sociétés pet food véhiculent bien souvent une image de chien omnivore, capable de tolérer des quantités élevées de céréales tandis que les étudiants vétérinaires le qualifient de « carnivore non strict ».
Le « non strict » justifie tous les abus en matière d’alimentation, pourtant, tout ce qui fait un chien - sa dentition, sa musculature, ses os, ses muscles, ses enzymes, son tube digestif, etc.- le place incontestablement en tant que carnivore, tout court.

textes et photos extrait de "Ce poison nommé croquettes"