•  DSC2048
  • Hemma-003
  • IMG 6707
  •  DSC1996
  • Jackson-004
  • harry lesage
  • Chiots-002

Les News

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

...ce n'est pas une publicité...vous vous devez d'être informés, pour vous, mais surtout pour vos chiens et chats, si précieux.


Cliquez sur le lien ci dessous et ....la lecture en vaut bien les 9 €uros demandés.

http://www.dur-a-avaler.com/poison-croquette-veterinaire-pet-food-barf-cereales-chiens-chats/ 

 AVANT-PROPOS de l'auteur: Jérémy Anso
Les informations délivrées dans ce livre électronique sont inédites à maints égards. Tout d’abord, le livre est rédigé dans ma langue natale : en français. Ce constat trivial est important à souligner, car les anglo-saxons ont accumulé une somme de connaissances colossale sur les croquettes et les animaux de compagnie. Il y a donc un vide, en français, sur ce sujet qui est d’une sensibilité extrême car touchant nos compagnons de vie, mais également notre porte-monnaie.
Deuxièmement, il n’existe à ma connaissance aucun article, ou aucune enquête qui s’est attardée sur les écoles nationales vétérinaires françaises. Quelles sont les formations des futurs vétérinaires ? Sont-ils compétents pour nous donner des conseils en nutrition canine, ou féline ? Existent-ils des liens, ou des relations entre des individus et des écoles avec des sociétés qui commercialisent des croquettes ? Toutes ces questions trouvent une réponse dans ce livre.
Troisièmement, ce livre électronique propose pour la 1ère fois en Français, une analyse nutritionnelle sur la qualité des croquettes sèches dites « diététiques » ou « thérapeutiques ». Ces croquettes sont vendues par les vétérinaires, et représentent le fleuron de l’industrie pet food. Dans ce livre, plus de 70 produits, toujours flanqués d’allégations de santé (« Pour chiens diabétiques », « Contrôle du poids », « Préviens le tartre », etc.), sont analysés et décortiqués pour vous permettre de choisir le meilleur, et d’éviter le pire.
Finalement, ce livre vous apprendra comment les plus grandes associations professionnelles, qui regroupent les plus grandes sociétés pet food au monde, choisissent elles-mêmes les besoins nutritionnels des animaux de compagnie et les critères de qualité des croquettes sèches qu’elles produisent.
Vous devez savoir qu’un article particulier, publié sur mon blog le 22 avril 2013, est à l’origine de ce livre. L’article intitulé « Les vétérinaires français sont-
11
ils pourris jusqu’à l’os ? » se proposait d’exposer le niveau de formation des vétérinaires en nutrition pour animaux de compagnie, et de relever minutieusement tous les liens, les relations ou les conflits d’intérêts entre les personnels d’une école nationale vétérinaire et les sociétés pet food.
En moins de 24h, l’article faisait le tour de France enregistrant pas moins de 500 partages sur les réseaux sociaux, et une cinquantaine de commentaires pour la plupart injurieux et hors sujets. 36 heures plus tard, toutes les écoles nationales vétérinaires de France étaient au courant de l’existence de cet article, qualifié « d’outrageant » par certains, de « diffamatoire » par d’autres. En bref, l’article ne plaisait pas, ni aux étudiants vétérinaires, ni aux directions des écoles qui me l’ont fait savoir très rapidement.
4 jours plus tard, 300 partages et 50 commentaires supplémentaires, je retirais l’article du blog pour calmer le jeu, notamment à cause de pressions orchestrées par des individus haut placés. J’ai eu l’occasion d’être menacé, à demi-mot, par un vétérinaire au téléphone de mon travail, m’exhortant de supprimer l’article. J’ai également reçu des mails privés d’enseignants cités dans l’article m’indiquant de retirer leurs noms dans les plus brefs délais. Le plus incroyable fut probablement l’annonce publique du directeur de l’école national vétérinaire de Toulouse, du caractère diffamatoire de mon article auprès de toute ma hiérarchie, allant jusqu’au président directeur général, dont le supérieur n’est autre que le Président de la République.
Bien que sans répercussion car hors propos avec mon travail, ma liberté d’expression en prit un coup. N’ai-je donc pas le droit de déclarer des faits publics ? Les faits présentés dans l’article étaient-ils si dérangeants que cela ? Il faut croire que oui.
Malheureusement pour les dirigeants des écoles vétérinaires, les enseignants-chercheurs et les étudiants, ma motivation pour révéler ces faits inédits est devenue un challenge ultime, une quête galvanisante, le rétablissement de ma liberté d’expression.
Mes propos contenus dans ce livre s’adressent à tout le monde, aux propriétaires d’animaux de compagnie ou non, aux étudiants vétérinaires, aux enseignants-chercheurs des écoles vétérinaires, aux lecteurs en pleine démarche d’adoption d’un animal, et à tous les curieux intéressés par le sujet. Mes propos ne remettent pas en cause les qualifications d’un vétérinaire diplômé, et passionné par le bien-être animal. Mes propos ne remettent pas en cause l’ensemble d’une profession, qui nous permet à tous, de sauver les membres poilus de nos familles respectives. Mes propos engagent un profond respect pour cette profession, une bonne foi sincère, mais une honnêteté tranchante.
Sur ces derniers mots, vous allez vous engager dans une lecture passionnante, une enquête publique que n’importe qui pourrait réaliser, et une remise en question profonde du système de nutrition de nos chers et tendres animaux de compagnie.
Je souhaite donc à tout le monde de lire ce livre sans animosité, comme j’ai pu l’écrire moi-même, sans préjugé et idée préconçue… Excellente lecture à tous.
Jérémy Anso