Fécondation-Gestation

La fécondation a lieu dans l'oviducte.
Dix jours plus tard les embryons parviennent dans l'utérus et l'implantation embryonnaire dans la muqueuse utérine sera réalisée entre 15 et 17 jours après la fécondation.
Pendant cette période les embryons baignent dans un « lait utérin », ils sont très sensibles aux toxines (médicaments…).

La gestation est de longueur quasi-fixe, si on prend comme point de repère le jour de l’ovulation : 62 à 64 jours (dans plus de 80% des cas).
Si l’on prend la saillie comme point de repère, la durée de gestation est beaucoup plus variable : 57 à 70 jours dans les extrêmes.

Exemples :

  • Une chienne est saillie pendant l’œstrus mais trois jours avant l’ovulation : durée de gestation « apparente » de 66 jours.
  • Une chienne est saillie en fin de chaleur (soit environ 6 jours après l’ovulation) : durée de gestation « apparente » de 57 jours.

Remarque :

  • la détermination du jour de l’ovulation permet de prévoir assez précisément le jour de la mise bas qui s’annoncerait difficile : chienne primipare, race à risque, …

Chaleurs atypiques

  • 25 % des chiennes présentent des chaleurs différentes du schéma « type » :

Chaleurs « silencieuses »

  • Non détectée en raison de manifestation très discrètes : vulve peu gonflée, absence de pertes, mâle non attirés.

Facteurs favorisants :

  • chiennes d’appartement, isolement des congénères.

Diagnostic :

  • évaluation de la forme de la vulve, frottis vaginaux répétés, échographie ovarienne et/ou dosage de progestérone dans certaines périodes.

Chaleurs « fractionnées » ou « split heat »

  • Début des chaleurs classique avec attirance des mâles et parfois acceptation de la saillie, mais arrêt brutal après 8 à 10 jours (sans ovulation) et réapparition d'un cycle normal ( ovulatoire) 2 à 10 semaines plus tard.
  • Parfois 2 ou 3cycles interrompus se succèdent.

Très fréquent chez une jeune chienne au cours des premiers cycles :

  • la chienne se règle il ne faut surtout pas administrer de traitements hormonaux (sans diagnostic réel de pathologie). On peut rendre définitivement infertile une chienne saine au départ.

Chaleurs « persistantes »

  • Des chaleurs persistantes plus de 4 à 6 semaines sont anormales. Ceci est souvent évocateur d’un kyste ovarien (ou éventuellement d’une tumeur).
    Un diagnostic est nécessaire en vue d’un traitement adapté.

Chaleurs synchronisées

  • L'apparition des chaleurs sur une chienne vivant en collectivité peut déclencher les chaleurs sur les chiennes vivant avec elle.

Chaleurs inhibées

  • Inversement, certaines chiennes vivant en collectivité et restant en anoestrus ne tomberont en chaleur que si on les sort de la meute.